Finances de la commune de Lempdes

Publié le par Lempdes Avenir

Je me permets de mettre dans notre blog, un article « tiré » du blog des communistes du quanton de Pont-du-Château, « l’Humain avant tout ».

Cet article intitulé « Analyse des finances communales de Lempdes », est écrit par des personnes indépendantes du conseil municipal, et c’est la raison pour laquelle,il est très intéressant pour ses explications et son développement.

L’année 2013 n’est pas prise en compte, mais le mal s’est empiré.

Depuis le conseil municipal de Lempdes du vendredi 12 décembre, la tempête agite les milieux politiques (politiciens ?) lempdais à propos de la hausse des impôts locaux qui y a été votée. Il nous a paru indispensable de « remettre les pendules à l'heure » sur cette question !
'abord pour toutes celles et tous ceux qui découvrent (ou font semblant de découvrir) le problème, nous rappellerons notre article du dimanche 23 février 2014 qui, déjà, tirait la sonnette d'alarme (dans l'indifférence générale ?)

Extrait :
Analyse des finances communales de Lempdes.
Sur la base des comptes de 2012 (les comptes 2013 ne sont pas encore disponibles).
Les finances de la commune de Lempdes apparaissent saines à prime abord.
Il n’en reste pas moins que la comparaison des grands équilibres de cette commune avec la moyenne de la strate de communes comparables fait apparaître des faits marquants suivants :


Les charges de fonctionnement sont plus importantes +12% par rapport à 2007 (7596 k€) pour 8351k€ de recettes de fonctionnement entraînant un problème d’autofinancement de la commune. En effet, le résultat comptable ou l’excédent de fonctionnement dégagé par la commune en 2012 est de 756 k€ qui ne couvre même pas le remboursement de la dette en capital en 2012 (820k€).

Les subventions versées par la commune représente près de 10% de son budget global soit 81€/ habitant au lieu de 73€ pour la moyenne de la strate (voir subventions associations, satellites de la commune (sem, … ). Politique électoraliste ? Nous n'y voyons aucune ressemblance avec Corbeil-Essonne et la politique de M. Serge Dassault !

Ainsi, Lempdes est confrontée à une faible capacité d’autofinancement de ses investissements l’entraînant à diminuer ses programmes de réalisations comme en 2012 (fin de mandat) avec seulement 171€/habitant de dépenses d’équipement pour une moyenne de la strate de 356€/ habitant.

Parallèlement, pour 1470k€ de dépenses d’investissement, la commune a souscrit un emprunt de 500k€ en 2012.

Endettement : même si l’encours de la dette (5387k€) est plus faible que la moyenne, l’annuité est plus élevée ( 128k€ au lieu de 112k€) – Il faudrait, sans doute, vérifier les renégociations des emprunts de ces dernières années et la structuration de sa dette (emprunts toxiques ou taux variable).?

Sur l’évolution des finances de la commune pendant le mandat (comparaison 2007 à 2012).

Les dotations d’État pour le financement de la commune sont passées en 5 ans de 1704k€ à 1622k€ soit une baisse de -4.8% pour une hausse des dépenses de fonctionnement durant la même période de +12,16%. Ce désengagement de l’État qui va s’accroître en 2014 avec les mesures austéritaires de l’État a entraîné un transfert de charges pour les habitants de Lempdes inadmissible. Ainsi, la pression fiscale est passée de 2521k€ en 2007 à 2964k€ soit une hausse des recettes d’impôts de 17% en 5 ans (moyenne annuelle de +3.43%). Heureusement, que les bases d’imposition ont fortement évolué ces dernières années avec les nouvelles constructions puisque la commune n’a pas connu de hausse de ses taux taxe d’habitation et foncier bâti depuis 2009. Qu’en sera-t-il pour les prochaines années ?

La capacité d’autofinancement qui est passée de 121€/habitant en 2007 à 42€/habitant marque un effondrement de l’autofinancement de la commune durant ce mandat. La commune a vécu avec ses excédents durant cette mandature, donc elle ne pourra plus compter dessus pour le prochain mandat.

Le poids de la dette est de plus en plus important :

En 2007, Lempdes employait 77€ /habitant pour rembourser sa dette pour aboutir en 2012 à 95€ / habitant soit 35% des dépenses d’investissement au lieu de 24% EN 2007.
N.B. : Les charges de personnels sont en 2012 de 466 € / par habitant pour 504 € / par habitant pour la moyenne de la "strate" : moins de personnels ? personnels moins formés donc moins rémunérés ? Nous attendons les réponses !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article