Gestion des transports en commun de Clermont-Ferrand: la cour des comptes appuie où cela fait mal.

Publié le par action pour lempdes

smtc.jpg 

La chambre régionale des comptes dans le rapport qu’elle a rendu public au mois de mai 2010 met en lumière les « anomalies » de la gestion du  Syndicat Mixte des transports en commun de l’agglomération  clermontoise (SMTC) en particulier dans le non respect des règles de passation des marchés publics.

                                              t2C.jpg

La T2C est aussi épinglée en tant que prestataire de services par la cour des comptes qui écrit « La performance du réseau clermontois se révèle décevante ».

 

L’opacité des rapports entre la T2C et le SMTC est dénoncée dans ce rapport. La hausse de 6,7% des coûts de la prestation de la T2C de 2008 par rapport à 2007  (cela représente 2,9 millions d’euros de plus soit environ 10 euros par habitant de l’agglomération) est inexplicable. Elle s’accompagne même d’une diminution du nombre de kilomètres parcourus sur l’ensemble du réseau. Aucune justification, je cite « convaincante » pour les magistrats n’a pu être fournie par la T2C.

 

Rappelons-nous, la gestion de la T2C et du SMTC est exclusivement aux mains du Maire de Clermont et de ses amis politiques.

 

 

Nous reviendrons dans d’autres billets sur ce rapport qui met en lumière de façon indépendante  et objective les dérives coûteuses de la gestion des transports clermontois. 

 

Une chose est sûre pour nous Lempdais : nous allons devoir payer cette mauvaise gestion et cette opacité. Cela risque de prendre l’une des trois formes suivantes :

 

 1.Une augmentation de la participation des collectivités locales (le pourront-elles sans sacrifiez quelques projets?),

 2.Une augmentation du prix des abonnements (déjà au même niveau de prix que des réseaux équivalents),

 3.Une augmentation auprès des entreprises situées dans l’agglomération redevables du versement transport (1,8 pour cent de la masse salariale brute pour les entreprises employant plus de 10 salariés récoltés par l’Urssaf : à titre d’exemple, environ 228 euros par an si vous employez un salarié rémunéré au SMIC).

 

Il est à craindre que les usagers, les collectivités locales et les entreprises soient toutes les trois mises à contribution.

 

Autre article traitant du sujet : 

  T2C : Les augmentations de tarifs applicables au premier juillet 2010.

 

Publié dans actu aglomération

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article