La nouvelle municipalité et le journal de notre commune

Publié le par Henri

         Aussitôt parvenue aux commandes de Lempdes, la nouvelle municipalité s’est évertuée à faire disparaître les signes rappelant de près ou de loin l’ancienne équipe municipale. Cela se nomme : l’iconoclastie. Il s’agit d’une pratique très ancienne puisque sous l’empire romain, dès qu’un empereur mourait, toutes ses statues étaient détruites par son successeur.

 

         Ils ont commencé par le bulletin municipal : « Lempdes magazine » rebaptisé « Lempdes info » et rhabillé en rouge pour son titre. Ce changement s’est accompagné en très peu de temps d’une inflation du nombre de pages. Elles passent de 24 dans le numéro de juin 2008 (identique en cela au nombre de pages de « Lempdes Magazine » 2006 et 2007) à 28 pages dès septembre 2008 pour arriver à 32 pages en décembre 2009. A ce rythme là, en fin de mandature de Monsieur Gérard Betenfeld, « Lempdes info »  aura du mal à entrer dans nos boites aux lettres.

 

         Nous pouvons supposer que les frais d’impression ont subi la même augmentation, soit 30 pour cent en deux ans. Nous sommes loin et même très loin  de la modération prônée par Monsieur le Maire pour les dépenses municipales.

 

Autres articles traitant des mêmes sujets 

La nouvelle municipalité de Lempdes iconoclaste : Le nouveau logo

Comment inaugurer une avenue sans ses habitants ? A Lempdes, c'est possible

Le Parti Socialiste en faillite : vite Gérard Betenfeld, rentre au bercail, ton ancien parti n’a plus d’argent !

Publié dans actu Lempdes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

citoyen 63 19/09/2010 09:39



Vous avez vu le numéro de juin Betenfeld est 17 fois en photo. Le culte de la personnalité a encore de beaux jours devant lui.



BG 18/09/2010 23:02



lempdes info est bien utile pour les associations et faire connaitre les services existants dans la commune. Ce qui est moins bien c'est de voir que tout ce qui était engagé et progammé par
l'ancienne municipalité soit repris par la municipalité actuelle comme émanant d'eux en oubliant les origines.